ORTHODONTISTE A LA ROCHELLE



Dr Yves Lataud
LE DOSSIER ORTHODONTIQUE
Le traitement orthodontique débute par l’établissement du dossier orthodontique du patient.
Ce dossier, ouvert lors du premier rendez-vous, permet grâce à l’examen clinique et fonctionnel du patient de poser un diagnostic.

Celui-ci sera complété et enrichi des examens complémentaires (photos, radiographies et moulages) analysés lors du deuxième rendez-vous. Au terme de l’analyse de tous ces documents, le bilan thérapeutique complet sera expliqué. Le plan de traitement pourra être défini avec les différentes options d’appareillage possibles en fonction du cas précis. (appareillage fixe ou amovible)

La durée, le coût ainsi que les conditions de prise en charge par la sécurité sociale et par les organismes complémentaires vous seront exposés.

LA DEMANDE D’ENTENTE PREALABLE

Avant l’âge de 16 ans, le traitement d’orthodontie fait l’objet d’une prise en charge par la caisse de sécurité sociale suite à l’accord obtenu après examen de la demande d’entente préalable (DEP) établie par le praticien au vu des éléments du dossier orthodontique.
Cet accord est forfaitaire et valable pour six mois. Il faut donc établir une nouvelle demande d’entente préalable tous les semestres. La prise en charge ne peut dépasser six semestres de traitement.

L’accord de la caisse est valable six mois. Il n’y a pas de remboursement si le traitement n’a pas débuté dans ce délai. En cas de retard évolutif, le praticien peut cependant  renouveler la DEP.

Après la phase de traitement actif, succède la phase de contention .Celle-ci est prise en charge pour une durée maximale de deux années.
Dans tous les cas, la différence entre les honoraires et le remboursement de la caisse de sécurité sociale peut être pris en charge,  pour tout ou partie,  par les organismes complémentaires (mutuelles)

Après l’âge de 16 ans, il n’y a pas de prise en charge à l’exception des traitements qui comportent une phase de chirurgie orthognathique (modification du squelette des maxillaires). Dans ces cas il peut y avoir un semestre pris en charge au maximum.

 


TYPE D’APPAREILLAGE

On distingue schématiquement les appareils mobiles et fixes (bagues). En général les appareils mobiles sont plutôt placés chez les jeunes enfants, parfois dès l’âge de 4 ans. Ils agissent sur le squelette des maxillaires par leur fixation sur les dents de lait ou en denture mixte, c’est-à-dire à la fois sur dents adultes et lactéales (dents de lait). Leur action modifie la position respective des maxillaires pour corriger les décalages constatés entre eux dans les trois sens de l’espace : vertical, transversal, ou longitudinal. Leur terminologie varie en fonction de leur action, on parle alors de propulseur, d’activateur, d’expanseur …

Ces appareils sont en résine avec quelques éléments métalliques de fixation, ou parfois souples et agissent en conformateur en modifiant et rééquilibrant le fonctionnement musculaire ou respiratoire du patient.

Les appareils fixes sont représentés par les « bagues ou attaches « ou « brackets ». Ces éléments sont collés sur les dents et reliés par un fil ou « arc » dont le calibre et la forme agissent sur le positionnement des dents.
Il existe d’autres appareils ou accessoires qui peuvent être associés aux bagues permettant la fixation ou le mouvement des dents. Ce sont les ancrages osseux, minivis ou mini implants qui assurent un ancrage aidant à mobiliser la dent à déplacer. L’indication à la fois du type d’appareil et de la date de sa mise en œuvre est définie par le praticien en étroite collaboration avec les parents.

DUREE DE TRAITEMENT

La durée du traitement varie bien évidemment en fonction des anomalies à corriger et de leur gravité. Dans la très grande majorité des cas, le traitement rentre dans le cadre des six semestres de remboursement. Parfois le traitement s’échelonne sur plus de semestres et des phases d’interruptions de traitement sont alors intercalées au cours des six semestres de traitement actif. Ces phases d’interruption sont utilisées afin de permettre l’évolution des dents adultes si besoin après une phase de correction orthopédique (squelettique)

TRAITEMENTS ASSOCIES

Le bon déroulement du traitement orthodontique peut nécessiter une rééducation fonctionnelle de la déglutition et (ou) de la ventilation nasale. Cette rééducation sera assurée principalement par l’orthophoniste et fera l’objet d’une attention tout à fait particulière au sein du cabinet. En effêt, le bon positionnement de la langue au repos et dans ses mouvements actifs détermine l’équilibre des forces qui s’appliquent sur les dents et donc leur positionnement.

De même la stabilité du traitement orthodontique ne pourra être acquise sans que la fonction de ventilation nasale soit parfaitement libre de tout obstacle (végétations adénoïdes ou amygdales hypertrophiées ) Un avis ORL sera déterminant en cas de doute .

En cas d’absence de dent d’adulte (agénésie dentaire) le plus souvent, il s’agit d’incisives maxillaires, le traitement orthodontique s’efforcera de palier cette absence en fermant les espaces résiduels ou bien il sera décidé de placer un implant dentaire en remplacement de la dent manquante en fin de croissance du patient.

En cas de dent incluse il sera procédé à la désinclusion chirurgicale de la dent bloquée et si possible sa traction orthodontique en la reliant à l’appareillage multibagues qui sert alors d’ancrage. La dent incluse sera guidée vers son site normal d’éruption. Cependant, cette évolution favorable n’est pas assurée dans tous les cas. Il faudra alors extraire la dent bloquée et la remplacer par un implant ou bien faire migrer les dents voisines afin de fermer l’espace correspondant.



CONDITIONS DU BON DEROULEMENT DU TRAITEMENT ORTHODONTIQUE

Un traitement orthodontique, que ce soit grâce à un appareil mobile ou bien fixe multibagues, ne peut s’engager que dans une bouche parfaitement entretenue au niveau des soins dentaires et au niveau de l’hygiène quotidienne. La très grande majorité des incidents provient de la mauvaise hygiène qui provoque une inflammation empêchant un brossage efficace. Une vérification régulière de l’efficacité du brossage chez l’enfant permettra d’éliminer ces désagréments. Un examen dentaire chez le dentiste traitant est indispensable avant de débuter un traitement.

De même, la régularité des rendez-vous doit être assurée. Les appareils actuels permettent une action continue sur plusieurs semaines, et doivent donc être vérifiés aux périodes recommandées. Une absence au cabinet risque de laisser se développer des mouvements indésirables sur les dents non contrôlées et donc d’allonger le temps de traitement.

INCIDENTS ET COMPLICATIONS

Après la pose de l’appareil : il existe fréquemment des irritations des muqueuses dues aux frottements sur l’appareil. Les conseils habituels pour y remédier vous seront indiqués au cabinet par les assistantes. ( mise en place de cires de protection, utilisation des bains de bouche calmant … ) si la gêne ou la douleur persiste n’hésitez pas à nous le signaler, nous vous prendrons en charge rapidement afin de résoudre ces problèmes.

En cas de casse de l’appareil (pensez à faire une déclaration si c’est un accident scolaire ou de sport), de perte de ligature, de décollement d’attache ou de descellement de bague, vous devez prévenir rapidement le cabinet, nous vous recevrons en urgence afin d’y remédier

En cas de problème autre, appelez-nous, les assistantes vous indiqueront la conduite à tenir.


PRENDRE UN RDV

N’hésitez pas à nous contacter afin de fixer un rendez-vous.

logo-yves-lataud-2

Bienvenue sur le site du cabinet du Dr Yves LATAUD, situé au sein de la CLINIQUE DE L’ATLANTIQUE (La Rochelle / Puilboreau)

Nous vous proposons trois activités principales : L’orthodontie, l’implantologie et la stomatologie.

Docteur conventionné

Le Docteur LATAUD est conventionné. La carte vitale est acceptée.

Derniers articles

© Dr. Yves Lataud. Tous droits réservés